L'impact du lieu de résidence sur les méthodes de travail

Face aux changements rapides de la technologie, de la culture et de l'économie, les entreprises et les salariés du monde entier remarquent un changement du monde professionnel et réalisent qu'ils doivent s'adapter. Les avancées technologiques et la concurrence mondiale pour les talents influencent les méthodes de travail, engendrant plus de flexibilité, plus de facilité à communiquer à distance et un besoin constant d'acquisition de nouvelles compétences. D'autre part, les salariés se tournent de plus en plus vers des métiers qui leur tiennent à cœur et qui leur donnent le sentiment d'être utiles. L'approche qu'ont les salariés et les employeurs du travail s'en trouve affectée.
Ces changements influencent les salariés du monde entier, mais les différentes grandes régions n'accueillent pas l'évolution du monde du travail de la même façon. L'ADP Research Institute® (ADP RI), un groupe spécialisé au sein d'ADP, a réalisé une étude qualitative et quantitative auprès d'employeurs et de salariés de quatre régions principales : Amérique du Nord, Europe, Amérique latine et Asie-Pacifique. Cette étude met en lumière les tendances émergentes du monde du travail, leur impact sur les salariés et le rôle qu'elles vont jouer ces prochaines années.

La liberté dans le monde du travail est la bienvenue, mais la concurrence mondiale laisse sceptique

 
Dans le cadre de l'étude, des employeurs et des salariés ont été interrogés au sujet de cinq besoins humains de base : la liberté, la connaissance, la stabilité, l'autonomie et l'utilité. Pour chacun de ces besoins, l'étude a catégorisé des tendances du monde professionnel, telles que la capacité à travailler n'importe où dans le monde, l'utilisation de la technologie pour acquérir de nouvelles compétences, l'abandon de la hiérarchie des services et l'utilité que les employés trouvent à leur travail. Bien que les changements du monde professionnel soient en général perçus comme positifs, les réponses de l'étude montrent des variations entre les quatre régions.

Au sujet de la liberté dans le monde du travail, les répondants des quatre régions déclarent avoir déjà gagné en contrôle et en flexibilité dans leur travail, ou pensent que ce sera le cas d'ici trois à cinq ans. Ils pensent être capables, aujourd'hui ou à l'avenir, de travailler partout et à tout moment, comme ils le veulent, souvent avec un appareil mobile.

Concernant les connaissances, il existe de légères différences entre les quatre régions. En Amérique du Nord comme en Europe, les participants pensent avoir déjà accès aux personnes, aux outils et aux informations dont ils ont besoin pour travailler. Ils disposent également du temps et des ressources nécessaires pour acquérir de nouvelles compétences. Cependant, les salariés européens appréhendent de devoir sans cesse acquérir de nouvelles compétences. En Amérique latine, la hausse de l'utilisation de la technologie a été très marquée ces dernières années, grâce à un meilleur accès à la technologie et à la connaissance. L'Asie-Pacifique tend à être en première ligne de la formation à la demande grâce à la technologie, et la région a d'ores et déjà amélioré l'accès aux outils technologiques requis pour être connecté aux autres et acquérir rapidement de nouvelles compétences.

Néanmoins, pour les salariés de chaque région, en particulier dans certains groupes, la stabilité semble être une inquiétude des plus préoccupantes. En Amérique du Nord, les femmes et les hommes âgés doutent de la sécurité de l'emploi sur le long terme, compte tenu de la mondialisation du processus d'acquisition de talents. Malgré tout, 84 % des hommes âgés de 18 à 39 ans accueillent favorablement ces changements au niveau de la main d'œuvre ainsi que la tendance des CDD. Les salariés européens s'inquiètent eux aussi pour la stabilité. Selon les répondants, la recherche des meilleurs talents à l'échelle mondiale et le recrutement en CDD sont des pratiques courantes qui pourraient influencer la sécurité de l'emploi. De même, les participants d'Asie-Pacifique sont plus réticents vis-à-vis de ces tendances. Ils pensent que les futurs salariés se concentreront avant tout sur les compétences et ne seront plus dépendants d'une seule entreprise. En Amérique latine, les salariés accueillent à bras ouverts la concurrence internationale pour un poste et sont plus enclins à être recrutés en CDD.

La hiérarchie perd en importance au profit de métiers où les salariés se sentent utiles

 
Les participants ont également été interrogés sur l'autonomie et la possibilité d'une suppression de la hiérarchie ou des services. Les réponses sont mitigées. En Amérique du Nord, les répondants américains sont enthousiastes vis-à-vis des perspectives offertes par la technologie pour compléter certaines de leurs tâches, tandis que les répondants canadiens s'inquiètent de cette tendance, qui menacerait la sécurité de l'emploi. Les participants américains ne sont pas favorables à une diminution de la hiérarchie dans le monde professionnel, tandis que cette possible transition suscite l'optimisme chez les Canadiens. Les salariés européens déclarent que l'autonomie commence déjà à être intégrée dans leur travail, mais ils sont sceptiques quant à la suppression de la hiérarchie. En Amérique latine, peu de répondants pensent que la hiérarchie disparaitra pour laisser plus de place à l'autonomie. De façon surprenante, les salariés d'Asie-Pacifique pensent qu'une transition vers l'autonomie et une suppression de la hiérarchie en entreprise est en marche. Ce changement constituerait une révolution dans cette région, car la structure des entreprises a traditionnellement été une caractéristique culturelle importante.

Plus de salariés veulent donner un sens à leur travail et l'utilité est devenue un facteur important qui change radicalement l'esprit du monde de travail. En Amérique du Nord et en Europe, la plupart des répondants pensent que ce changement est déjà en cours, les salariés se concentrant de plus en plus sur les opportunités en accord avec leurs valeurs personnelles. De même, les entreprises accordent plus d'importance à la santé et au bien-être des salariés. En Amérique latine et dans la zone Asie-Pacifique, cette transition semble être moins rapide d'après les réponses des salariés. Mais même dans ces régions, les participants pensent qu'à l'avenir, le travail se concentrera sur le besoin d'utilité, et que les entreprises devront s'adapter afin d'en tenir compte.
 
En savoir plus :
Article: La génération Y est-elle le moteur des changements du monde professionnel?
Infographic: The New Way We’ll Work (les nouvelles méthodes de travail)
À propos de cette étude: afin de comprendre comment les tendances ont influencé le monde professionnel, l'ADP Research Institute® (ADP RI) a réalisé une étude inédite, tant du point de vue de la qualité que de la quantité. Cette enquête a été menée auprès d'employeurs et de salariés de quatre régions principales : Amérique du Nord, Europe, Amérique latine et Asie-Pacifique. Cette étude met en lumière les tendances émergentes du monde professionnel, ainsi que les besoins des salariés. Cette approche offre une perspective à plus long terme qu'une simple analyse des tendances, car ces dernières ne cessent d'évoluer. Elle permet également d'anticiper et de relever les défis d'un monde professionnel international.                 
Comment travaillerons-nous demain?

Comment travaillerons-nous demain?

Le monde professionnel évolue plus rapidement que jamais. Indépendamment de leur secteur, les employeurs du monde entier doivent étudier et prendre en compte cinq tendances globales, afin de développer leurs activités et de jouer un rôle de premier plan dans le futur. 

ADP Contact

* Champs obligatoires